Union Fédérale contre les Nuisances de l'Aéroport de Strasbourg-Entzheim

Actualité (27)

L'aéroport de Strasbourg-Entzheim victime du Covid 19

Il y a 18 mois, alors que les riverains manifestaient devant l’aéroport, dénonçant l’accroissement des vol nocturnes ou il y a 6 mois à peine, lors de la signature d’un nouveau Protocole, nul n’imaginait une fermeture de l‘aéroport en mars 2020.


Le 20 mars, l’aéroport de Strasbourg, a suspendu son activité commerciale, ne restant opérationnel que pour les vols sanitaires, des vols d’Etat, ceux de la sécurité civile ou en cas de force majeure. D’autres plateformes régionales et Orly, dix jours plus tard, ont fait de même, tandis certains aéroports restés opérationnels, comme Nantes-Atlantique ou Roissy-Charles de Gaulle, fonctionnent au ralenti. Responsable à cela, un virus, la fermeture des frontières et le confinement des populations,

Depuis mi-mars, les riverains de l’aéroport ont donc pu goûter à l’absence du bruit d’origine aéronautique, mais aussi routier, à un air pur, dénué de vapeurs de kérosène et d’odeurs de gasoil. En absence de pollution lumineuse dû à l’éclairage de piste et à l’habituelle pollution atmosphérique, les nuits sans nuages, le ciel pur et particulièrement étoilé n’était plus troublé que par le passage de quelques rapides satellites silencieux, soudain devenus visibles.

(mesures du bruit fin mars à 500 mètres de l’aéroport : 35 bB de jour, 33 dB de nuit)

Les compagnies aériennes souffrent de cette activité quasi nulle et ne sortiront pas indemnes de cet épisode, malgré le soutien financier que leur apportent certains Etats. Qu’en sera-t-il de Volotéa, principal opérateur à Strasbourg-Entzheim. L’accalmie devrait profiter encore quelque temps aux riverains, qui n’en souhaitaient certes pas autant. Seul le vacarme du passage intempestif de quelques Mirage de l'armée l'air nous rappelle régulièrement la proximité de l'aéroport. 

Même si un virus ne se transmet pas facilement dans l’espace confiné d’un avion durant un trajet de plusieurs heures grâce à une filtration de l’air conditionné retenant 99% des poussières et des microbes, selon le docteur Mark Gendreau, expert en maladies infectieuses interrogé par le site américain Travel and leisure en 2014 (Santé Magazine) et qu’une maladie respiratoire ne s’y propage que par «transmission directe» dans l’entourage proche, le plus fréquemment par l'intermédiaire des gouttelettes respiratoires qu'on projette quand on parle, tousse, ou éternue, selon Marc Girard, vaccinologue et membre de l'Académie nationale de médecine (Figaro 2010), le transport aérien est pourtant bien responsable de son propre malheur. Nul doute que le Covid 19, ce passager clandestin, ait abusé de ce mode de transport, pourtant réputé être le plus sûr, pour se répandre si rapidement dans le monde entier.

Lorsque le déconfinement sera global, quelles leçons auront-nous tirées de cette pandémie ? Le transport aérien retrouvera l’engouement qu’il a connu avant 2020 ?

mardi, 12 mai 2020

GARANTIR LA PERFORMANCE ENVIRONNEMENTALE SUR ET AUTOUR DES AÉROPORTS FRANÇAIS

GARANTIR LA PERFORMANCE ENVIRONNEMENTALE SUR ET AUTOUR DES AÉROPORTS FRANÇAIS AVANT L’ÉCHÉANCE DES JEUX OLYMPIQUES & PARALYMPIQUES DE 2024

 

COMMUNIQUÉ

A l’occasion des 20 ans de l’Autorité de contrôle des nuisances aéroportuaires, toutes les parties prenantes ont souligné que le transport aérien ne serait durable que s’il devenait soutenable. Chacun a appelé à des ruptures et présenté ses engagements pour une meilleure performance environnementale. L’Autorité accompagne toutes les parties prenantes pour obtenir des résultats collectifs et créer la confiance sur et autour des aéroports.

1. Les sociétés aéroportuaires, publiques ou privées, disposent d’un cadre européen clair et sont attendues à leurs résultats. Les leviers mobilisables pour atteindre des objectifs de réduction du bruit sont définis. Tous les aéroports sont engagés dans des études d’approche équilibrée qui doivent permettre la mise en adéquation fin 2020, début 2021, de tous les moyens pour atteindre les objectifs de réduction du bruit. Chacun mesure les enjeux de la qualité de l’air et du climat. Les sources sont identifiées et la mise en œuvre effective de plans de réduction des émissions atmosphériques est indispensable pour chaque aéroport, coté piste et coté ville. Les groupes aéroportuaires français sont parmi les leaders mondiaux. Ils disposent des moyens et des leviers pour rompre avec les anciennes pratiques et réduire les nuisances des activités qu’ils développent.

2. L’industrie aéronautique et la plupart des compagnies aériennes sont clairement engagées dans une approche où performance économique et performance environnementale vont de paire. Les compagnies intègrent la nécessité d’optimiser les procédures opérationnelles et la programmation des vols, plus respectueuses de l’environnement et des contingences locales. Nombre d’entre elles ont engagé des mesures correctrices pour mieux respecter les règles environnementales propres à chaque aéroport. Les compagnies accélèrent le renouvellement de leurs flottes et communiquent davantage sur les caractéristiques environnementales de leurs aéronefs. Berceau de l’aviation et leader de l’aéronautique, la France a la responsabilité et les atouts pour réussir la transition écologique du secteur.

3. Les personnels des communautés aéroportuaires travaillent de manière moins cloisonnée, à l’écoute de la riveraineté, pour améliorer leurs performances environnementales sur leur lieu de travail et de vie. Des synergies se créent entre professionnels (pilotes et contrôleurs aériens, représentants des compagnies aériennes, assistants d’escale et services des aéroports) pour des procédures plus respectueuses de l’environnement. Chacun comprend que le ciel ne peut plus être un espace de liberté pour certains sans se préoccuper des autres.

4. Les collectivités territoriales, les organisations syndicales et les associations sont également engagées dans la performance environnementale sur et autour des aéroports. Les concessions aéroportuaires, longtemps perçues comme des enclaves extraterritoriales, font partie intégrante de la ville et tous les leviers doivent être mobilisés pour en faire des territoires durables, accessibles par les modes de transports moins émissifs et engagés dans la reconquête de la biodiversité.

La vigilance citoyenne et l’engagement des acteurs sont nécessaires pour surmonter les contradictions existantes et rétablir la confiance des populations dans notre capacité collective à mieux vivre ensemble.

5. Le cadre réglementaire est communautaire et chaque État membre de l’Union européenne est en charge de sa déclinaison au niveau local. Des actions de modernisation de la navigation aérienne dans le ciel européen sont en cours grâce aux progrès technologiques et à la qualification des hommes et des femmes qui l’assurent. Elles visent à réduire les émissions en vol ainsi que dans les phases d’approche et de décollage des aéroports. Quelques règles restent à préciser pour que certains outils de la régulation économique contribuent à la régulation environnementale. L’aboutissement des démarches entreprises pour une approche équilibrée de l’activité de chaque aéroport permettra de moderniser les arrêtés ministériels propres à chacune des plateformes. L’Autorité de contrôle des nuisances aéroportuaires est une autorité indépendante et impartiale au service de tous. Elle est particulièrement engagée dans l’accompagnement des aéroports français pour atteindre une performance environnementale optimale.

GARANTIR LA PERFORMANCE ENVIRONNEMENTALE SUR ET AUTOUR DES AÉROPORTS FRANÇAIS AVANT L’ÉCHÉANCE DES JEUX OLYMPIQUES & PARALYMPIQUES DE 2024 Gilles Leblanc, président de l’ACNUSA Colloque des 20 ans de l’ACNUSA à l’Assemblée nationale, 7 janvier 2020 ACNUSA.indd 1 20/02/2020 17:17:54

dimanche, 01 mars 2020

Nouvel accord sur les vols de nuit

Réglementation des vols nocturnes de l'aéroport de Strasbourg-Entzheim, un accord unique en France.

Le 13 décembre, dans les locaux de l'aéroport de Strasbourg-Entzheim, les négociations, entreprises depuis un an au sein de la Commission de suivi pour trouver un équilibre entre les contraintes de l'aéroport et les attentes des riverains, ont abouti à la signature d'un nouvel accord sur les vols de nuit.(article DNA)

Les signataires sont les six membres de la Commission de suivi crée en fin 2018, suite à la manifestation devant l'aérogare des riverains contre les vols nocturnes. 

Ce nouvel accord respecte l'esprit de celui de 1998, dont l'objectif était et reste de préserver la qualité de vie et de santé des riverains tout en permettant à l'activité aéroportuaire de s'effectuer selon les besoins de la région et de Strasbourg, siège des instances européennes.

L'accord de 1998 fut appliqué à la lettre durant l'essentiel de son existence et s'était révélé efficace pour la protection nocturne des riverains, bien qu'il n'ait jamais été signé, l'UFNASE le jugeant trop peu ambitieux. 

Le nouvel accord est adapté aux contraintes liées à l'évolution du trafic et aux compagnies low-cost. Il est assoupli certes, mais en élargissant la plage nocturne réglementée et en y autorisant dorénavant seuls les avions les moins bruyants. L'UFNASE s'est félécitée de cet accord qui permet de renouer un dialogue serein et d'observer de près l'évolution du trafic nocturne au sein de la Commission de suivi. 

Un processus et un accord salués par l'ACNUSA, qui a accompagné de son expertise et en toute neutralité les membres de la Commission de suivi  tout au long des négociations. Sans cet accord, se sont les services de l'Etat qui auraient définis des règles certainement bien moins restrictives, a souligné M. Chaffange, missionné par l'ACNUSA.

samedi, 04 janvier 2020

Des nuits low-cost pour les riverains ?

L'aéroport de Strasbourg-Entzheim bénéficie d'un soutien financier public pour la réduction des taxes aéroportuaires, afin de le rendre compétitif avec les aéroports voisins. Près de 20 millions d'euros y ont été injecté depuis 2012 par les collectivités, Région, Département, Eurométropole et par la CCI-BR. Si les résultats attendus ne sont pas au rendez-vous (1,7 millon de passagers étaient attendus pour fin 2016), la croissance du nombre de passagers semble amorcée depuis 2014.

Bonne nouvelle pour l'aéroport et ses actionnaires (les mêmes qui financent les réductions de taxes, plus 'Etat), moins bon constat pour les riverains. Cette croissance se fait en partie dans la période nocturne, entre 23h00 - 6h00, dans laquelle les vols commerciaux sont passés d'environ 100 en 2014 à près de 500 en 2018. 

En 2018, nous avons ainsi atteint près de 700 mouvements nocturnes, le plus haut niveau depuis 1999 ! Mais non seulement ces mouvements nocturnes ont explosé (malgré la suppression du vol postal en décembre 2013) mais ils ont été pratiqué en non-respect de la période de fermeture nocturne prévue par l'accord de 1998. 

La manifestation des riverains de septembre 2018 a eu  pour effet de sensibiliser les élus et à permis la reprise du dialogue entre riverains et aéroport au sein d'une instance nouvellement créée depuis, la commission de suivi.

Cette commission étudie aujourd'hui comment mettre en conformité des pratiques de l'aéroport, considérées jusque-là abusives, dans la cadre d'un nouveau protocole actualisé.

Sur notre graphique il apparait clairement que la mise en place du protocole a eu pour effet immédiat de réduire de plus de 50% les vols entre 23h00 et 6h00, sans pour autant affecter la fréquentation des passagers de l'aéroport. La mise en service du TGV, puis la crise de 2008 ont marqué le déclin du trafic passager "affaires" diurne, sans faire baisser les vols nocturnes car la part de vols commerciaux y était réduite. Le graphique nous montre aussi que depuis 2014, sous l'effet des compagnies basées, les vols de nuit progressent très rapidement. 

L'aéroport souhaite l'assouplissement du protocole, nécessaire à sa stratégie de développemement low-cost, les riverains eux espèrent des contreparties et des garanties. Si les débats sont engagés dans un esprit consensusuel, les accords définitifs sont encore loin d'être conclus.

samedi, 05 octobre 2019

L'ACNUSA intervient à l'aéroport de Strasbourg-Entzheim

Alertée sans doute par notre manifestation de riverains devant l'aérogare le 10 septembre 2018 et sans doute par l'accroissement du nombre de vols de nuits et de dérogations accordées en période de fermeture nocturne de l'aéroport, l'ACNUSA est venue enquêter en janvier 2019.

Elle à émis des recommandations avec un délai de mise en oeuvre à fin d'année 2019, notamment pour la remise à jour du Protocole d'accord sur les vols de nuit de 1998 et sur le mode d'attribution des dérogations...(détails sur notre lettre aux adhérents de mai 2019 sous la rubrique publications)

lundi, 13 mai 2019

Evolution du trafic de 2008 à 2018

Le graphique révèle un regain de passagers pour l'aéroport de Strasbourg-Entzheim en 2017 et en 2018. Ceci a été possible grâce aux subventions de près de 20 millions d'euros allouées pour la période 2012 à 2019 pour la réduction des taxes aéroportuaires.

La croissance du trafic passagers reste néanmoins en-dessous des prévisions initiales. En 2012, le résultat attendu avec l'octroi de la première tranche de subventions était d'atteindre 1,7 million de passagers pour fin 2016. En 2014 (article 20 MINUTES), la CCI espérait encore que l'aéroport puisse, en 2020, se passer des subventions dont elle est en partie contributrice, en atteignent 2 millions de passagers. Depuis, l'objectif a été revu à la baisse et la direction de l'aéroport prévoit maintenant 1,6 million de passagers pour 2020 (article DNA janvier 2019).

Autre constat, le nombre total de mouvements semble en baisse.  Ceci serait une bonne chose, puisqu'ils sont à l'origine des nuisances.

Troisième graphique, autre constat. les mouvements la nuit ne subissent paradoxalement une très forte croissance et le nombre de vols sanitaires stable n'est en rien responsable de cette dérive, contrairement aux fausses allégations du directeur de l'aéroport, M. DUBUS (article DNA septembre 2018).  Si cette tendance se poursuivait en 2019, ce qui paraît malheureusement plus que probable, des manifestations, telles que celle de septembre 2018, pourraient se reproduire dorénavant beaucoup plus fréquemment devant l'aérogare.

vendredi, 22 mars 2019

Evolution du trafic de 2008 à 2018

Le graphique révèle un regain de passagers pour l'aéroport de Strasbourg-Entzheim en 2017 et en 2018. Ceci a été possible grâce aux subventions de près de 20 millions d'euros allouées pour la période 2012 à 2019 pour la réduction des taxes aéroportuaires.

La croissance du trafic passager reste néanmoins en-dessous des prévisions initiales. En 2012, le résultat attendu avec l'octroi de la première tranche de subventions était d'atteindre 1,7 million de passagers pour fin 2016. En 2014 (article 20 MINUTES), la CCI espérait encore que l'aéroport puisse, en 2020, se passer des subventions dont elle est en partie contributrice, en atteignent 2 millions de passagers. Depuis, l'objectif a été revu à la baisse et la direction de l'aéroport prévoit 1,6 million de passagers pour 2020 (article DNA janvier 2019).

Autre constat, le nombre total de mouvements semble en baisse.  Ceci en soit serait une bonne chose, puisqu'ils sont à l'origine des nuisances.

Troisième graphique, autre constat. les mouvements la nuit ne subissent paradoxalement une très forte croissance et le nombre de vols sanitaires stables n'est en rien responsable de cette dérive, contrairement aux fausses allégations du directeur de l'aéroport, M. DUBUS (article DNA septembre 2018).  Si cette tendance se poursuivait en 2019, ce qui semble malheureusement plus que probable, des manifestations, telles que celle de septembre 2018, pourraient se reproduire dorénavant beaucoup plus fréquemment devant l'aérogare.

vendredi, 22 mars 2019

Bons et mauvais chiffres de l'aéroport de Strasbourg-Entzheim

L'aéroport de Strasbourg-Entzheim enregistre une progression du trafic 7,4% par rapport à 2017, atteingant en fin 2018 près de 1,3 million de passagers. L'article paru dans les DNA le 22 janvier 2019 fait l'éloge du dynamisme de l'aéroport pour la deuxième année consécutive, aéroport qui restait toutefois bénéficiaire tout au long des dernières années.

L'UFNASE salue cette progression, ambition de la CCI, des collectivités et de l'Eurométropole, pour le bénéfice de la région et de Strasbourg capitale des institutions européennes. La progression des vols de jour, avec des gabaris d'avions de types moyen-courrier, ne pose pas de problèmes de voisinage majeurs avec les communes riveraines.

L'UFNASE regrette pourtant le mutisme total des DNA  dans cet article sur l'augmentation des vols de nuit qui accompagnent cette croissance et des nombreuses infractions au Protocole d'Accord sur les vols de nuit qui ont été à l'origine de la manifestation des riverains le 10 septembre dernier devant l'aérogare.  Ces vols en période de fermeture nocturne aux vols commerciaux ont continués de progresser en 2018: 85 dérogations !

La nouvelle commission de suivie des vols de nuit, créée en septembre 2018, ne peut que constater cette dérive. Espérons que les dirigeants et actionnaires de l'aéroport ont entendu la sonnette d'alarme actionnée par les riverains le 10 septembre dernier.

mercredi, 20 mars 2019

Une manifestation utile

Nous remercions celles et ceux qui ont participé à la manifestation du 10 septembre à l'aéroport de Strasbourg-Entzheim pour dénoncer l'augmentation des vols de nuit et des nuisances nocturnes.

 image lettre 12.2018

L'inertpelaltion des élus des communes situées sous les axes d'atterrissage a appuiyé notre mobilisation.

Une nouvelle commission à été créée pour suivre l'évolution des vols en période nocturne et plus particulièrment les dérogations accordées par la direction de l'aéroport pour des vols commerciaux ou sportifs en période de fermeture entre0h30 et 6h00.

Notre lettre aux adhérents de décembre 2018 vous en dira plus sur ces points.

mercredi, 12 décembre 2018

Manifestation à succès

300 riverains pour dénoncer les vols de nuit

La manifestation que nous avons organisée le 10 septembre a été réussie sur plusieurs plans

  • 300 personnes se sont rendues disponibles pour exprimer le mécontentement grandissant des riverains face aux vols de nuit de plus en plus nombreux année après année, durant la période de fermeture aux vols commerciaux entre 0h30 et 6h00. Un coup de semonce réussi, adressé à la direction de l'aéroport afin qu'elle respecte a nouveau le Protocole dans le texte et l'esprit, comme se fut le cas de 1998 à 2011.

 

  • Le directeur de l'aéroport, M. Dubus, refusant de dialoguer avec l'UFNASE depuis janvier 2018, a été obligé de sortir de son mutisme pour justifier les écarts de conduite. Justifications, dans un article des DNA, qui ne reflètent toutefois pas la réalité.

 

  • Une demande de rencontre officielle à été transmise à la direction de l'aéroport par l'intermédiaire du commandant de police, M. Geiger, à l'occasion de la manifestation. Il semble improbable que le dialogue ne soit pas rétabli avec les riverains impactés par les nuisances sonores nocturnes.

 

  • Le relai médiatique vient en appui à la lettre que nous avons adressée aux maires et élus des communes situées sous les trajectoires de l'aéroport, lettre rappelant les dérives actuelles et appelant à une délibération en conseil municipal pour l'adoption d'une motion en faveur du respect strict du Protocole d'accord sur les vols de nuiit de 1998.

 

 ph1

ph2

 

ph3

 ph5

samedi, 15 septembre 2018

 

Inscription Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir

  • Les dernières actualités
  • Les comptes-rendus des réunions
  • Les prochains rendez-vous

Nous contacter

UNION FÉDÉRALE CONTRE LES NUISANCES DE L'AÉROPORT DE STRASBOURG-ENTZHEIM
UFNASE - BP60131 - 67960 ENTZHEIM
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.